Cher Père Noël,

Pour une fois, c'est avec plusieurs semaines d'avance que je prends la plume (ou plutôt le clavier) pour t'adresser une gentille lettre, dont j'espère qu'elle te parviendra dans de bonnes conditions. Tout d'abord, sache que j'ai été très sage cette année. J'ai pris soin de ma MG, je l'ai toujours bien nourrie, je n'ai jamais brutalisé son corps fragile. Je lui ai trouvé un bon docteur quand elle est tombée malade, et je lui ai offert de belles promenades pendant sa convalescence. Je l'emmène régulièrement voir des amies de son âge, pour qu'elle ne s'ennuie pas. Quant à son lit, il est douillet et à l'abri de l'humidité et du froid.

Seulement voilà, cher Père Noël, il y a une chose contre laquelle je ne peux rien et qui s'attaque à elle pendant son sommeil, toute la semaine : c'est la poussière. Je ne m'en étais pas trop rendu compte jusqu'ici, mais sa belle robe verte devient vite terne et ne brille plus comme elle devrait... Alors je me suis demandé si tu ne pourrais pas lui offrir une housse de couette, à ma B. Ce n'est pas qu'elle ait froid, mais sa peau est sensible aux agressions de ces vilains grains qui viennent se déposer sur elle.

housse

Voilà, Père Noël. Je ne te demande rien d'autre cette année. Le reste, je l'achèterai. Mais si tu pouvais penser un peu à nous, c'est promis, on sera encore plus sages en 2008...