stress_au_bureauLes semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Voici quelque temps, j'ironisais ici sur mon côté boulimique. Impossible de me sortir la MG de l'esprit, et presque impossible de me faire entendre raison sur l'opportunité de lui adjoindre une petite soeur de parking. Le soufflé est bien retombé depuis. Et pas à cause de la chute des températures, ni même en raison du coup de blues de la batterie, la semaine dernière. Non. C'est juste qu'en ce moment, ma seule préoccupation est de tenir le choc au bureau. Je ne peux pas dire qu'il s'agisse d'une surprise, j'avais prévu ce qui se passe. Chaque année c'est pareil : tous les gros dossiers arrivent à échéance en même temps, et il faut jouer les équilibristes pour les mener à bien. Imaginez que vous devez livrer une pièce montée à l'autre bout de la ville, qu'on vous donne royalement 15 secondes pour faire le trajet et que, pour corser l'affaire, on vous colle une enclume dans une main et un chien dangereux dans l'autre.

Bon, je ne me plains pas, j'aime mon job et cette situation est passagère. Quant au fait de vivre à 250 km de mon bureau - et donc de jouer la France qui se lève tôt et rentre tard - c'est un choix que je ne remettrai pas en cause pour si peu. Mais n'empêche. C'est désormais ma batterie à moi qui donne des signes de faiblesse, et surtout je n'ai plus une minute à consacrer à ma belle. Même en pensée. Ceux qui, parmi vous, m'ont conseillé de bien profiter d'elle avant l'arrivée du bébé ne croyaient pas si bien dire. Quand on est accaparé par autre chose, rouler en ancienne, ce n'est pas gagné d'avance.